Bienvenue sur Fazbear World, le forum RPG sur le jeu d'horreur aux personnages bien particulier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Ven 30 Oct - 23:01





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


« Tu vas bien, Djamel ? Tu as l’air… Tu n’as pas l’air d’aller bien ces derniers temps. Quelque chose ne va pas ? »

« Qu’est-ce qui t’fait dire ça ? J’vais bien. »

« Tu es sû … »

« Je. Vais. Bien. Mère. Maintenant, navré d’écourter notre conversation, mais j’ai une pizzeria a surveiller. Passe le bonsoir à Maë’. »

Troisième jour, ou devrai-je plutôt dire qu’il s’agit là de ma troisième nuit.
Qu’est-ce que je fous encore ici, au sein de ces édifices enjôleurs, coincé entre quatre murs ? Cet effluve malodorant me donne la nausée quand bien même je sens la cigarette, ma paranoïa naturelle ne cesse point de me jouer des tours à tel point que le moindre bruit suspect me crispe, provoquant de temps à autres de promptes et succinctes hallucinations ; je ne suis pas vraiment rassuré, car je repense sans cesse à ma conversation avec Mike comme si mon esprit l’avait enregistré et s’égayait à la repasser en boucle, encore et encore, inlassablement, quitte à m’égarer dans mes songes rongés par une peur enfouie.
En dépit des conseils de Mike, je porte mes armes qui sont évidemment à leur place respective : navré cher vétéran, mais je me sens d’autant plus à l’aise quand je sais qu’ils sont là, à portée de main …
En revanche, mon pistolet ne contient aucune balle, parce-que j’ai prit soin de le décharger avant de venir. Un geste encore trop peu inhabituel parmi tant d’autres qui font de moi un mauvais garçon, mais un bon militaire et apprenti-garde.

Il sera bientôt l’heure de commencer. Dans à peine dix minutes. Soit. Je finis de me préparer, prenant mon temps en sachant qu’il est inutile de se presser, saisit mon képi puis me dirige prudemment vers le poste principal.
Durant ma marche, chaque son, extérieur ou intérieur, parvenant à mes oreilles me fait frémir ; la patience, la sérénité, la « cool-attitude » … Ce n’est pas dans ma nature. Je ne suis pas une personne à sang-froid contrairement à ce que beaucoup pensent. Je ne le suis pas autant, du moins. Ma divagation m’impose une attention singulière ; je suis alors dans l’obligation d’être aux aguets de tout bruit suspect.
Je ne mis que très peu de temps à arriver à l’office. Une fois au poste, je pose mes affaires qui se résume à un sac, m’installe et m’adosse au dossier de la chaise. Cette fois-ci, je ne compte pas bouger : je n’y suis que trop bien installé. Je songe, m’occupe tant que je peux en jouant par exemple sur mon téléphone, attendant sagement les carillons qui annonceront le commencement de ma surveillante.

Seulement. Une sonorité pour le moins hasardeuse attire mon attention. Je stoppe tout et demeure silencieux afin d’identifier précisément la source de ces bruits qui semblent se rapprocher. J’espère que ce n’est pas un mauvais présage sinon … Ils peuvent toujours se foutre un doigt dans l’œil en ce qui concerne mon silence.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Pizzas : 790
Date d'inscription : 26/10/2015
Localisation : Dans ton cul.

Votre Personnage
En Couple ?: Non
Race et État: Jeune humain qu'il faux pas faire chier.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Ven 30 Oct - 23:37


You're my comrade ? The riffraff nowadays ...

Ft.Djamel

Ce soir il devait à nouveau passé une autre nuit. Sa seconde pour tout dire, sa seconde véritable nuit. S'il n'en montrait rien, l'appréhension montait en lui. Les effets de la rencontre avec Springtrap s'effaçait doucement et la seul autre Animatronic qu'il avait rencontré dans l'attraction d'horreur s'était trouver très amicale, bien qu'il est manqué la crise cardiaque. C'est ainsi qu'Alexandre reprenait petit à petit son stoïcisme et son assurance naturelle qu'il avait complètement perdu au court de ces derniers jours. Maintenant il connaissait les risque et connaissait le point faible de certains animatronics. Il savait aussi qui il ne fallait pas titiller...Springtrap par exemple, bien que ça ne lui empêchait pas de l'appeler "Cadavre." Passer des nuits commençait honnêtement à lui taper sur le sytème pour ne pas être grossier, depuis quand se retient-on d'être grossier ici? Reprenons les bonnes habitudes, il en avait marre, en plus d'être insomniaque de base il devait se faire chier des heures entières sur une putain de chaise à risquer sa vie. Les gens ici était totalement fou ou complètement cons, robots comme humains. Mai c'est pas comme si il pouvait démissionner hein? Il était tomber bien bas, pourquoi avait-il quitter l'armée déjà? Très bonne question. Bref, il se dirigeait vers son bureau qu'i avait pris soin de nettoyer au préalable. Il détestait la saleté. Il était probablement légèrement en retard mais, hey, y'avait personne ici pour le lui reprocher. Alors il se guidait à la lampe torche à travers la pénombre. Son regard froid fixait toujours droit devant lui, résistant à l'envie de se retourner toute les trois secondes.

Bureau en vue. Bureau allumé. Quoi? C'était quoi ça? Ne lui dites pas que l'autre cadavre était ENCORE venue squatter? Non, rien de ça. C'était un autre homme, qu'il ne connaissait pas. D'un côté ça lui faisait chier d'être accompagné, d'un autre il était soulager de ne pas être seul. Paradoxe? Oui. Bref, il se contenta de l'ignorer et rentré tout en retirant sa veste en se contentant seulement de lâcher un:

"Salut."

Vide de réel convictions.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Sam 31 Oct - 1:26





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


Mon automatisme m’incitait à saisir mon arme, blanche ou à feu, à le braquer sur la première silhouette qui se dresserait dans mon champ de vision, or je combattais à cette tentation. Ne pas utiliser mes armes, ne pas les utiliser …
Ma main droite qui s’était instinctivement glissée dans ma poche intérieure se délogea de cette dernière, abandonnant toute idée de menace qui pourrait s’avérer fâcheux. Et puis, si ça se trouve, c’est sans importance : c’est peut-être la façade qui grince, ou les arcades qui déraisonnent, ou quelque bruitage similaire.
Je tends davantage l’oreille et peine à identifier la source : ça correspondait à des frottements, donc à des … pas ? De ce fait, il ne pouvait incontestablement pas s’agir d’une animatronique, sauf s’il y a de nouveaux modèles dont les claquements se sont métamorphosés en frottements. Ce qui m’étonnerait beaucoup.
Un collègue, alors ? Qui sait. Quoiqu’il en soit, ça se rapproche. Je dois attendre avant d’en tirer des conclusions. Je ne peux qu’espérer un taux de probabilité.

Au final, ma paranoïa et mon anxiété se sont volatilisées aussi vite qu’elles sont venues lorsque j’ai aperçu ce type. Ouais, un type ; la cause de ma subite contraction était un mec, un gardien à en juger par sa tenue.
Je me sentais un peu con là, c’est vrai, mais au moins j’étais plus quiet. Je soupire, détends mes muscles puis le dévisage. On dirait qu’il ne s’attendait pas à voir quelqu’un ici, tout comme je ne m’attendais pas à le voir débarquer comme une fleur. En tout cas … Il n’a pas la gueule d’un mec bien sympathique. Après, je peux me tromper : ce n’est probablement qu’une illusion.
Il entre sans dire un mot, sans même m’adresser un second regard, dépose sa veste pendant que je range mon portable. Enfin, il ouvre la bouche :

"Salut."

Woah. C’est démuni de sentiments. Moi qui suis, soi-disant et à première vue, la personne la moins allègre et animée … Je crois que j’ai trouvé pire.
Je me contente d’un simple signe de la main, rabattant cette dernière sur la bordure de mon képi pour accompagner ma salutation.

« Yo’.»

Je suppose qu’il faut entamer les jalons de politesse.

« Djamel. Enchanté. Je présume que tu es nouveau … et que tu es mon partenaire pour ce soir. Puis-je savoir qui tu es ? Monsieur qui a l'air blasé. »

Monsieur qui a l'air blasé et qui n'a pas l'air bien vieux. Je dois bien avouer qu'il n'est pas mal.

Hum ... Toute cette angoisse m’a donné envie de fumer un peu … mais je dois m’abstenir.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Pizzas : 790
Date d'inscription : 26/10/2015
Localisation : Dans ton cul.

Votre Personnage
En Couple ?: Non
Race et État: Jeune humain qu'il faux pas faire chier.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Sam 31 Oct - 3:53


You're my comrade ? The riffraff nowadays ...

Ft.Djamel

Un court silence s'installa, court car suite à un signe de main l'autre garde lâcha un:

"Yo."

Puis il continua:

"Djamel. Enchanté. Je présume que tu es nouveau … et que tu es mon partenaire pour ce soir. Puis-je savoir qui tu es ? Monsieur qui a l'air blasé."

Monsieur qui a l'air blasé? C'était déjà mieux que l’écureuil. L'autre stupide princesse l'avait appelé comme ça juste parce que au moment de leur rencontre il se trouvait sur une branche d’arbre...tch, les filles sont connes, et les garçons aussi. De toute façons il trouvait tout le monde con, même lui. Alors bon, au point où on en est. Il n'était pas du genre bavard du tout et c'était presque à contre-cœur qu'il répondit en s'asseyant sur le bureau, puisqu'il n'y avait pas d'autre places.

"Puisque tu y tien tant...Alexandre, et non je suis juste là pour me faire bouffer par un lapin robotique enragé."

Dit il avant de lâcher.

"No shit sherlock, qu'es que tu veux que je fasse d'autre que de garder ce lieu pourris?"

Sur ces mots il se la ferma et regarda par la vitre, plus propre qu'à son arrivé, c'était déjà ça...

Fiche de liens (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre Clyde le Sam 31 Oct - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Sam 31 Oct - 5:19





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


Semblerait-il que l’administration s’égaye aussi à garder sous silence les plannings : personne ne m’a signalé que je ferai équipe avec un novice autre que moi-même. Décidément, l’organisation et la livraison d’informations laissent véritablement à désirer ; si j’avais su que j’aurai de la compagnie ce soir, je me serai montré un tantinet plus courtois. Mais soit. Je ne vais pas m’en plaindre, loin s’en faut ; le pourcentage de ma divagation et de ma crainte peut ainsi s’atténuer jusqu’à disparaître.
Il y a avantage et inconvénient : d’une part, si je m’endors, ce qui peut arriver en dépit de mon insomnie, peut-être pourrai-je compter sur lui pour inspecter le bâtiment par le biais des hublots, et de l’autre … Un peu de compagnie ne me fera pas de mal. Aussi minime et discrète soit-elle.  Tant qu’il n’altère pas le peu de bien-être dont je fais preuve, ou plutôt que j’essaie de faire preuve, je ne dirai rien.

Je l’entrevois s’assoir sur le pupitre. Ah, il est vrai que je ne lui ai ni proposé, ni cédé ma place. C’est possiblement impoli de ma part, mais bon.

"Puisque tu y tien tant...Alexandre, et non je suis juste là pour me faire bouffer par des un lapin robotique enragé."

J’arque un sourcil, pensant savoir de qui il parle sans même l’avoir croisé.

"No shit sherlock, qu'es que tu veux que je fasse d'autre que de garder ce lieu pourris?"

M’ouais. En vérité, son allure illustrant plutôt bien sa personnalité n’était pas qu’une illusion. Je hausse simplement les épaules, attrape l’objet me permettant de vérifier les différentes pièces composant la pizzeria, zieute ci et là en prêtant une attention particulière aux coins ombreux. Tout en faisant cela, j’ai évidemment ouï les propos de mon interlocuteur. Un soupir m’échappe. Sarcasme, sarcasme.

« Et bien Alexandre, t’es tombé sur ce Springtrap … et tu l’as énervé, c’est ça ? Je ne l'connais pas étant donné que je ne l’ai pas croisé, mais je m’estime heureux de n’pas être à ta place, et tu peux faire des tas de choses comme démissionner si garder ce lieu pourri ne t’plaît pas … Nan sans déconner. Ma supposition s’apparentait plus à une constatation véridique qu’à une réelle supposition. » dis-je en inclinant la tête sur le côté et en me tapotant la tête de mon index ganté. « Rien ne t’empêche de rentrer chez toi vu que je suis là. À ce que j’sache. »

Je lui tends ensuite la tablette.

« Autrement, tu fais ton boulot comme nous tous. Ça n'te dérange pas si je fume ? »

Ouais, j'ai envie de fumer, là. Je ne peux pas contenir cette envie sachant que je n'en ai même pas fumé une petite avant de venir ...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Pizzas : 790
Date d'inscription : 26/10/2015
Localisation : Dans ton cul.

Votre Personnage
En Couple ?: Non
Race et État: Jeune humain qu'il faux pas faire chier.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Sam 31 Oct - 19:37


You're my comrade ? The riffraff nowadays ...

Ft.Djamel

« Et bien Alexandre, t’es tombé sur ce Springtrap … et tu l’as énervé, c’est ça ? Je ne l'connais pas étant donné que je ne l’ai pas croisé, mais je m’estime heureux de n’pas être à ta place, et tu peux faire des tas de choses comme démissionner si garder ce lieu pourri ne t’plaît pas … Nan sans déconner. Ma supposition s’apparentait plus à une constatation véridique qu’à une réelle supposition. Rien ne t’empêche de rentrer chez toi vu que je suis là. À ce que j’sache. Autrement, tu fais ton boulot comme nous tous. Ça n'te dérange pas si je fume ? »

Ah, enfin une personne qui avait les couilles de lui tenir un minimum tête, et il aimait ça. Il sourit de l'intérieur, bien que de l’extérieur il resta de marbre avant de répondre.

"Non ça ne me gène pas. Et pour ce qui est de démissionner j'en serait ravis, mais nous avons tous besoin d'argent n'es pas?"

(sorry pour la mini réponse)

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Dim 1 Nov - 15:24





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


"Non ça ne me gène pas. Et pour ce qui est de démissionner j'en serait ravis, mais nous avons tous besoin d'argent n'es pas?"

« M’ouais. Il y a d’autres jobs, tu sais. Alors, de quoi tu t’plains ? »

Je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire, discret et concis cela étant ; autant pour moi. Je dis ça, mais je ne suis pas mieux. Quoique. Je suis là pour le salaire et pour faire plaisir à ma frangine. En vérité, nous sommes principalement tous dans le même cas si je comprends bien ; nous risquons nos vies, c’est le cas de le dire, pour l’argent. Ce qu’il ne faut pas faire pour obtenir le strict nécessaire.

Bon, je vais pouvoir me détendre un peu en en tirant une petite, vite fait.

Tout en farfouillant dans mes poches à la recherche de mon paquet de clopes, je rétablis la plate-forme à son emplacement d’origine, puis, envahi par la tiédeur naturelle de la pièce perpétuellement fréquentée, jette un coup d’œil sur le ventilateur et me penche pour l’allumer en sortant mon paquet de ma poche. Il fait chaud … J’ai toujours chaud de toute évidence.

Mon briquet, mon briquet … Il est où ? Ah non, j’espère que je n’ai pas oublié … Sinon, rien à foutre, je vais le chercher. Je tâte mes poches extérieures et intérieures. Rien par ici, rien par là. Je le cherche du regard jusqu’à ce que je me souvienne qu’il est dans mon sac ; qu’est-ce que je peux être con … Je peste en farfouillant dans ladite besace et attrape le briquet tant cherché, embrasant ensuite l’extrémité de la cigarette que j’avais coincé entre mes lèvres.

Qu’est-ce que je ferai sans mes clopes ? Je crois que je serai perdu sans elles.

« T’en veux une ? » demandai-je en lui tendant une cigarette à moitié sorti de la boîte, fumant la mienne.

J’ignore s’il fume ou pas, mais, si tel est le cas, partager ne me dérange pas. Dans le cas contraire, je le félicite. Fumer est une mauvaise chose, je le sais bien. En ce qui me concerne, c’est trop tard, car j’y suis accro et arrêter serait une torture. Je le dévisage, puis remarque :

« On dirait moi, mais en dix fois pire. Souris un peu pour voir. Faire la gueule est déjà mon job à temps partiel. À ce train là, tu fais encore plus flipper que mon Général. »

Pour une fois que je suis loquace ; il le faut bien de temps en temps.

[ HRP : T'inquiètes, ce n'est pas grave. ]


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Pizzas : 790
Date d'inscription : 26/10/2015
Localisation : Dans ton cul.

Votre Personnage
En Couple ?: Non
Race et État: Jeune humain qu'il faux pas faire chier.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Dim 1 Nov - 19:22


You're my comrade ? The riffraff nowadays ...

Ft.Djamel

"M’ouais. Il y a d’autres jobs, tu sais. Alors, de quoi tu t’plains ?
-le truc c'est que c'est le seul job qui veux bien de moi après plusieurs mois de recherche. C'est pas que ça commençait à craindre niveaux fric et nourriture mais bon."

l'autre homme cherche alors des yeux quelque chose avant d'allumer le ventilateur. C'était une mérveilleuse idée, il chercha ensuite son briquet je supposait. Je me contenta de l'observer sans rien dire. Après avoir chercher dans chacune de ses poches il finis par se pencher sur son sac pour enfin en sortir l'objet qu'il cherchait. Quand à moi je ne bougeait toujours pas. Il m'en tandis une.

« T’en veux une ?
-Nan, j'fume pas."

Dis-je en secouant la tête négativement. Quand enfin l'autre gardien continua:

"On dirait moi, mais en dix fois pire. Souris un peu pour voir. Faire la gueule est déjà mon job à temps partiel. À ce train là, tu fais encore plus flipper que mon Général.
-Va te faire foutre, j'suis naît avec cette tête."

Mes paroles n'était toutefois pas agressive pour autant. C'était pas le premier qui me disait un truc pareil, en fait depuis que j'était là j'avait l'impression que les gens souhaitait que je change de tête et de caractère. Too bad, j'en avait aucune attention alors qu'il aillent tous se faire foutre. M'enfin je pouvait pas leur en vouloir, nous vivons dans une société qui demande que nous soyons tous joyeux et souriant en public. Après tout c'est si géniale de sourire. Conneries, ça me rendait malade de voir à quel point les gens pouvait rire et être joyeux dans un monde aussi merdique. Sois ils sont cons, sois c'est qu'il son vraiment putain de fort ou qu'ils cherchent loin pour en extraire les bons points.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Dim 1 Nov - 21:21





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


-le truc c'est que c'est le seul job qui veux bien de moi après plusieurs mois de recherche. C'est pas que ça commençait à craindre niveaux fric et nourriture mais bon."

J’ai haussé les épaules.
Dans ce cas là, c’est différent et je veux bien comprendre la contrainte de son choix. Ma foi.

N’empêche, je me demande comment j’ai pu accepter cet emploi, tout comme j’accepte encore de le prolonger, avec le passé plus que funèbre qui hante cette trilogie dirigée par une administration irresponsable.
Les événements passés ne leur auraient ainsi pas servi de leçon. Moi, rien ni personne ne peut m’empêcher d’abandonner ce poste … Après tout, un personne sensée aurait démissionné dès la première nuit, porté plainte et aurait fait fermer les pizzerias.

Il faut croire que je ne suis pas une personne censée … Pareillement pour mon interlocuteur qui semble avoir eu une confrontation agitée avec le dénommé Springtrap ; animatronique que je n’ai pas croisé. Pas encore. Et je préfère retarder le moment où je devrais faire face à lui.

Je lui avais proposé une cigarette. Il secoue la tête.

-Nan, j'fume pas."

Je me résigne alors, à larguer nonchalamment, mais avec une bonne précision le paquet sur l’ouverture de mon sac.
Il a le mérite de ne pas faire la même connerie que moi. C’est déjà ça.
Le ventilateur souffle exagérément à mes oreilles, virevolte tantôt de mon côté tantôt de l’autre, rafraîchissant ainsi la pièce ; l’air frais qu’il rejette m’apaise et atténue ma chaleur corporelle. Je vénère celui qui a crée ces engins là, sans qu’il ne devance évidemment le fondateur d’internet, des consoles et autres sujets informatiques.
. . . J’ai envie de jouer maintenant, de squatter inlassablement Mortal Kombat et bien d’autres.

Après qu’il ait refusé ma proposition, je lui avais fait remarquer l’absence de sourire voire de sentiments sur son visage.

-Va te faire foutre, j'suis naît avec cette tête."

Ce n’est pas querelleur. Oh, croyez-moi, je sais reconnaître des paroles agressives. Je suis un professionnel dans ce domaine.

« Ah, mais carrément. Si tu sais où j’peux aller me faire foutre, ça sera avec grand plaisir. » répondis-je en affichant cette fois-ci un sourire railleur et volontaire, visible et non laconique. « J’t’imagine bien en nourrisson avec ta tronche, tiens. »

Je pouffe de rire.

Ce qui est vrai, parce-que j’ai l’image en tête, là. Oh mon dieu … Oh la tronche … Oh putain.
Je réprimande un rire habité par une once de moquerie. Je n’ai pas pu me retenir. De ce fait, mon sérieux en a prit un coup. Je m’égaye ensuite à tourbillonner avec légèreté sur ma chaise, retire ma clope tenue entre deux doigts et rejette la fumée. L’effluve de la cigarette envahit peu à peu la pièce. Il est parfois poussé par le souffle du ventilateur. Je le sens. Je me sens plus quiet.

« Aller, souris un peu. J’suis sûr que t’es charmant avec un sourire scotché aux lèvres. »

Je le badine.

Il me paraît semblable. Sourire n’est pas une chose que j’apprécie forcément. Beaucoup disent que je fais continuellement la gueule, que je devrais sourire plus souvent, soi-disant parce-que j’ai un joli sourire, que j’ai l’air d’un prisonnier évadé qui cherche une cible … D’autant plus que cette impression ne s’arrange pas avec mes pensées obscures et défaitistes, maussades, et ma profonde paranoïa ; le tout résumé par une vision pessimiste du monde. Genre à la Emile Zola.
Je ne suis pas aussi … Sobre cela étant. Il m’arrive de sourire comme je le fais présentement avec mon associé. Par pur bêtise sur le peu de conversation que nous avons.
Je rajoute sur une tonalité sarcastique :

« Tu n’voudrais pas que je m’lève et que je t’pince les joues quand même ? »

J’arrête de tourner sur mon siège pour lui faire face. Je regarde de temps à autre le panorama. Ma divagation ne m’a pas quitté malgré la présence d’Alexandre. Prénom que j’aime bien. Rien avoir avec mes appellations purement étrangères.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 99
Pizzas : 790
Date d'inscription : 26/10/2015
Localisation : Dans ton cul.

Votre Personnage
En Couple ?: Non
Race et État: Jeune humain qu'il faux pas faire chier.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Lun 2 Nov - 7:18


You're my comrade ? The riffraff nowadays ...

Ft.Djamel

« Ah, mais carrément. Si tu sais où j’peux aller me faire foutre, ça sera avec grand plaisir. »

Ce fut presque si je souris à ce moment là, il avait de l'humour c'était déjà ça.

« J’t’imagine bien en nourrisson avec ta tronche, tiens. »

Djamel éclata de rire, je le regarda toujours de ce même air. Mais moi aussi j'avais du mal à imaginer un nourisson avec ma tête, j'avais du mal à m'imaginer nourrisson tout cours...Etait-je heureux? Es que je souriait? Es que je rigolais? Je n'avait pas grands souvenirs de mon enfance, mes premiers souvenirs ne sont autre que des choses incinifiante. Comme par example, jouant avec le chien. Le chien qui avait crevé quand j'avais huit ans, je me souviens que j'avais eu énormément de mal à passer au dessus de sa mort, c'était mon seul ami et on mon seul allié dans le monde de taré dans lequel j'était emprisonné. Le second souvenir que j'ai c'était la violence de ma mère. Elle n'avait pas commencer a me battre tout de suite, mais les premières années elle était très violente verbalement. Puis physiquement. Bizarrement, il ne lui en voulait pas, il ne lui en avait jamais voulue. Elle m'aimait, c'était pas de sa faute si elle était alcoolique. C'était celle de son père, enfin de ce qu'elle me racontait. Ca se voyait, quand elle semblait s'en souvenir, elle était ronger par le remord.

"Aller, souris un peu. J’suis sûr que t’es charmant avec un sourire scotché aux lèvres."

Les paroles de Djamel le sortit de cet éspèce de trence bizarre dans lequel il lui arrivait de rentré en laissant ses pensées vagabonder sans y faire attention. Charmant? Mouais, il en savait pas grand chose, c'est pas comme si il allait sourire devant le mirroir tout les jours pour voir ce que ça faisait.

« Tu n’voudrais pas que je m’lève et que je t’pince les joues quand même ? »

Je secoua la tête.

"Je testerait pas à ta place, on sait pas encore si j'mord ou pas."

En fait ça dépendait, qui, comment, pourquoi, quoi?

(BOOOOM BACKSTORY! wait, elle à rien a foutre là...Pas grave j'aime la développé en RP //SBAFF)

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 138
Pizzas : 923
Date d'inscription : 13/08/2015
Age : 17
Localisation : ผ Le jour, je n'suis jamais au même endroit. La nuit, j'suis dans mon bureau.

Votre Personnage
En Couple ?: Non.
Race et État: Humain, et je suis en bonne santé.
Relations:
avatar
Gardien de Nuit
MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   Sam 21 Nov - 21:13





« You're my comrade ? The riffraff nowadays ... »


Avais-je prononcé quelque parole qui aurait provoqué cette transe éphémère ? Durant un temps concis, Alexandre parut s’absenter de la réalité, certainement absorbé dans ses pensées qui, je l’espère, n’était pas des souvenirs éprouvés. Si tel était le cas, je m’en excusais; cela n’avait pas été mon but. À moins qu’il ne soit tout simplement tête en l’air comme tant d’autres, y compris moi-même; notamment lors de mes instants de claustration où seuls le silence est mon compagnon. Pour me vider la tête, l’unique solution se réside généralement à manier une arme à feu et de tirer sur une cible. Il n’y a qu’à ce moment là que je suis serein, car la détonation que provoque le projectile libertin après que la gâchette ait été actionnée m’apaise de tous maux funestes. Autrement, si je ne peux m’évader par cette méthode, il ne me reste que l’informatique; ce n’est certainement pas mieux. J’admets ne pas être une personne véritablement saine d’esprit. À chacun appartient la façon de procéder.

J’ai l’impression d’être l’un de ces individus optimistes et joviaux, ce soir. J’essaie de le faire sourire. Je l’incite. Ce n’est pourtant pas mon rôle. Mais, pour une raison que j’ignore, j’ai envie de le voir sourire. Je ne sais pas pourquoi … Ah ! Si, je le sais, en fait. Parce-que c’est stressant. Dire que c’est cette gueule que je tire tous les jours … Je comprends désormais la raison qui pousse mon entourage à me faire sourire. Il secoua la tête à ma question; le contraire m’aurait franchement étonné. On ne peut changer la personnalité d’une personne, dit-on. Quoique. Ce n’est pas impossible; par exemple, sans que je ne m’en rende compte, j’arrive à faire rire les gens grâce à ma manière de faire, à ma manière d’être. Pourquoi n’arriverais-je pas à le faire sourire ne serait-ce qu’un peu, celui-là ? Autant essayer, malgré ma nature pessimiste. J’obliquais la tête.

"Je testerait pas à ta place, on sait pas encore si j'mord ou pas."

Il me mettait au défi, là ? On est bien d’accord ? Soit. J’abandonne ma cigarette dans le cendrier prévu à cet effet, ne l’ayant pas encore terminée, puis me lève de ma chaise.

« Ah, vraiment ? Inchallah. Bah écoutes, il n’y a qu’une seule façon de le savoir. »

Je m’avance naturellement vers lui, m’arrête à une courte distance et lui pince les pommettes, allant même jusqu’à les tirer comme le ferait un parent avec son gosse. Etant donné qu’il était assis sur le bureau, je m’étais placé sur le côté. J’essaie tant bien que mal de lui faire esquisser un sourire minime, alors que je le faisais sans difficulté. Par la même occasion, je le contemple. Bon, par contre … Mon geste me permet de constater notre différence de taille … Elle n’est certes pas énorme, certainement de quelques centimètres sans plus, mais ça suffit à me sentir petit face à lui … Un tantinet. Grumpf.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're my comrade ? The riffraff nowadays ... | Pv Alexandre Clyde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Riff Raff Arrive!!
» Alexandre Pouchkine
» Les combats de Sidi-Brahim
» Trompe la mort de Clérisse
» La famille Brasseur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fazbear World :: Lieux d'RPG :: Pizzeria "Fredbear's Family Diner" :: The Office-
Sauter vers: